//// BIO-PRESS ////

 

Hidden Glances For Unspoken Words est le premier Ep (ou mini-album) de Drum Belly, un “tout nouveau” groupe saumurois. Ceci dit, si la formation est effectivement récente – 2010 –, ses quatre membres sont bien connus des mélomanes de la région Ouest et au-delà.
Les deux premiers protagonistes sont Kazim (ex-Upset, Mashiro, guitare et chant) et Arno (ex-Elevenses, guitare).
Rapidement, le tandem fait appel à Pab (ex-Shout, Upset, basse), en vue d’apporter aux mélodies qui voient le jour, une ossature solide. Puis, après avoir longtemps utilisé des rythmes générés par ordinateur, Anthony (ex-Shout, Upset, Bruxisme, batterie) et frangin du bassiste, rejoint le projet en 2013, parachevant ainsi la recherche d’unité sonore.

 


 
Si l’on est assez loin du rock très énervé que pratiquaient la plupart des formations précitées, et si les membres du quatuor se sont bien évidemment assagis avec le temps, ils n’en ont pas pour autant perdu le sens de l’efficacité, ni l’envie de faire vibrer (voire danser) les autres… Entièrement au service de chansons aux textes adultes et exprimés dans la langue de Shakespeare, la musique que produit Drum Belly – entre indie-rock et power-pop –, est faite de contrastes et d’émotions. Empilées les unes sur les autres afin de former le fameux “mur de son” de Phil Spector et rehaussées d’un soupçon d’électronique, les couches de guitares répondent d’un souffle électrique à une section rythmique véloce, qui, fratrie oblige, s’y connaît sur le bout des ongles quand il s’agit de propulser des mélodies à coup de lignes de basse élastiques et de breaks pertinents, tout en laissant assez de place au chant et harmonies vocales.

 

 


 

 Sans chercher un instant à s’inscrire dans un genre ou une scène particulière (les membres du quatuor ont des goûts trop éclectiques), disons que les amateurs de groupes anglais tels que Bloc Party (pour la pugnacité), The Arctic Monkeys (pour le sens mélodique), Franz Ferdinand (pour la discrète funkitude), ou encore Idlewild (pour le côté abrasif), y trouveront leur compte.
Faisant la synthèse d’univers musicaux aux horizons apatrides et de parcours qui n’ont cessé de croiser pendant plus d’une vingtaine d’années, les accents tantôt saturés ou éthérés de Hidden Glances For Unspoken Words sont une invitation à partager une tranche de vie et de fêter en toute simplicité les retrouvailles de créateurs pour qui la musique a toujours été plus importante que les grands discours. En un mot donc : Enjoy !

 


Radio ROCK